Connect with us

Que recherchez-vous ?

Mines et Hydrocarbures

Le gouvernement nigérian recherche des investisseurs pour relancer le projet gazier Brass LNG

Le gouvernement nigérian recherche des investisseurs pour relancer le projet gazier Brass LNG - investactu.com

Le Nigeria compte parmi les producteurs africains sur lesquels l’Europe compte pour assurer ses achats de gaz naturel, lorsqu’elle aura tourné le dos à la Russie, qui lui livre plus de 40 % de sa consommation actuelle.

Timipre Sylva, le ministre nigérian du Pétrole a annoncé le lundi 18 avril que le gouvernement envisage de relancer le projet de liquéfaction de gaz naturel Brass LNG, dans l’Etat de Bayelsa. Le projet avait été initié en 2005 et la cérémonie de pose de la première pierre effectuée par l’ancien président Olusegun Obasanjo le 14 mai 2007.

Cependant, sa mise en œuvre s’est heurtée à de nombreuses difficultés structurelles. « Nous sommes désireux d’achever le projet en raison des nombreux avantages économiques qu’il apporterait à notre pays. D’ailleurs, nous lui donnerons la priorité, dans le cadre de notre politique actuelle tournée vers le gaz », a-t-il déclaré selon des propos rapportés par The Punch.

La valeur prévue de l’installation est de 20 milliards de dollars pour une capacité de production de 8,4 millions de tonnes par an. « Nous appelons à davantage d’investissements dans le secteur des hydrocarbures, notamment dans le gaz. Nous encourageons les entreprises intéressées par le gaz à le faire. Nous avons suffisamment de réserves de gaz dans le pays et nous encourageons tous ceux qui en ont la capacité à apporter leurs investissements », a poursuivi le ministre.

Récemment, les représentants de l’Union européenne (UE) et les dirigeants nigérians se sont rencontrés pour discuter des modalités d’augmentation des exportations nigérianes vers le vieux continent. Le Nigeria et certains autres producteurs africains veulent profiter de l’abandon programmé des achats européens de gaz russe pour augmenter leurs parts de marché en Europe. Cela implique évidemment de nouveaux investissements sur toute la chaine de valeur et l’amélioration des niveaux de production actuels. 

Source: Agenceecofin.com

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Business

Les infrastructures de transport sont de plus en plus au cœur des politiques de développement des pays africains. Mais leurs coûts de réalisation,  en général élevés,...