Connect with us

Que recherchez-vous ?

Business

La Société Financière Internationale n’a plus annoncé de projets directs sur la Côte d’Ivoire et le Sénégal depuis 2021

La Société Financière Internationale n'a plus annoncé de projets directs sur la Côte d'Ivoire et le Sénégal depuis 2021 - investactu.com

Avec des croissances respectives de 6% et 6,5% attendues en 2022, la Côte d’Ivoire et la Sénégal tardent à bénéficier directement de nouveaux engagements de la SFI, dans un contexte où leurs secteurs privés ont besoin de relancer la production et contenir l’inflation.

La Société Financière Internationale (IFC), la branche de la Banque mondiale en charge du secteur privé, n’a plus annoncé des projets d’investissement au profit exclusif de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, les deux principales économies de l’UEMOA depuis 2021, alors que nous sommes dans une année de reprise post Covid 19.

Selon des données consultées par l’Agence Ecofin, le dernier investissement de la SFI au Sénégal remonte à 2020. L’institution avait approuvé et débuté le décaissement d’un prêt sur 5 ans et d’une valeur de 10 millions $ en monnaie locale (FCFA) au profit de la microfinance UM-ACEP. L’objectif était de permettre à la structure bénéficiaire d’étendre ses capacités de crédit dans les zones rurales et au profit des très petites, petites et moyennes entreprises.

En 2021, l’investisseur institutionnel n’a annoncé que deux projets en Côte d’Ivoire, dont un en juin, de 19,5 millions $, au profit de la Société Ivoirienne de Banque, sous la forme d’un instrument de garantie partielle pour un portefeuille de prêts global de 20 milliards de FCFA. L’autre projet annoncé est celui concernant Bridge Bank, portant sur une garantie de 6 mois, pour soutenir les lettres de garantie à l’importation.

Depuis lors, la seule annonce qui pourrait déboucher à des investissements sur les deux pays est le projet de la SFI visant à apporter 20 millions $ à Uhuru Growth Fund, un fonds d’investissement basé au Luxembourg, qui est codirigé par trois personnes dont l’ivoirien Jean Michel Kamanan, ancien de PCM Capital Partners, une firme de private Equity basé à l’Île Maurice avec un bureau à Abidjan. Si la Côte d’Ivoire est désignée comme cible d’investissement prioritaire pour ce fonds, il n’en est pas de même pour le Sénégal. Les deux locomotives économiques de l’UEMOA affichent pourtant de solides fondamentaux macroéconomiques, malgré le ralentissement observé durant la période de Covid-19, notamment au Sénégal. La croissance moyenne pour les deux devrait se situer autour de 6,2% en 2022 selon la Banque Africaine de Développement, dont 6% pour le Sénégal et 6,5% pour la Côte d’Ivoire.

A l’image des autres pays de cette sous-région économique, les deux pays ont besoin d’importants leviers de financement pour soutenir la production, notamment dans les secteurs de l’agriculture, l’élevage et les pêches, et pour contenir une inflation alimentaire qui atteint les 12%. Dans le même temps, bien que l’actif du bilan des banques se soit renforcé entre 2008 et 2020, la part des crédits réservés à la production dans ces secteurs reste modeste, en raison d’un faible niveau d’accès aux crédits. La présence active d’une structure comme la SFI encourage généralement les investisseurs et les prêteurs à mieux répondre à ces besoins de financement.

Source: AgenceEcoFin

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Économie

 Avec un taux d’inflation à 11% en juillet, le Sénégal est l’un des pays les plus touchés par la cherté de la vie, au...