Connect with us

Que recherchez-vous ?

Finances - Marchés

En visite à la Banque africaine de développement : Une délégation du Congrès américain note les opportunités d’investissement en Afrique

En visite à la Banque africaine de développement : Une délégation du Congrès américain note les opportunités d’investissement en Afrique - investactu.com

Le représentant de l’État de New York et président de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, Gregory Meeks, a déclaré que les États-Unis ne feront partie de l’avenir que s’ils investissent en Afrique dès maintenant.

. Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi A. Adesina, et plusieurs hauts responsables de la Banque ont accueilli le groupe de parlementaires au siège de la Banque à Abidjan.
« Si les États-Unis n’investissent pas en Afrique aujourd’hui – compte tenu notamment de la taille de la population jeune de l’Afrique, qui est supérieure à la population totale de l’Amérique – nous ne ferons pas partie de l’avenir », a déclaré M. Meeks. « Mon unique objectif était de m’assurer que l’Afrique passe “de l’arrière au premier-plan », a-t-il ajouté.

Selon un communiqué de presse, Gregory Meeks s’exprimait lors d’une visite au Groupe de la Banque africaine de développement samedi. Cette visite avec des collègues du Congrès, concluait une tournée dans trois pays d’Afrique de l’Ouest M. Meeks était accompagné des représentants Ami Bera de Californie, Ilhan Omar du Minnesota, Joyce Beatty de l’Ohio, G. K. Butterfield de Caroline du Nord, Brenda Lawrence du Michigan et Troy Carter de Louisiane.

Dr Adesina a remercié les États-Unis pour leur soutien continu, notamment pour l’augmentation générale du capital de la Banque en
2019, qui est passé de 93 à 208 milliards de dollars. Il a déclaré que les États-Unis, deuxième plus grand actionnaire de la Banque, «travaillent avec la bonne institution. » « Nous sommes africains, nous comprenons les besoins de l’Afrique, et nous sommes le moteur du changement en Afrique », a-t-il souligné.

Dr Adesina et les membres du Congrès ont convenu de la nécessité d’une coopération plus étroite entre la Banque africaine de
développement et les investisseurs américains. Il a déclaré que la Banque ouvrirait un bureau à Washington, D.C., une fois l’approbation du Conseil d’administration obtenue. Il a expliqué que le bureau fournirait des orientations sur la manière de structurer les investissements substantiels du secteur privé américain en Afrique. «
Nous aimerions voir beaucoup plus d’investissements directs américains dans les infrastructures », a déclaré Dr Adesina. « Nous
sommes impatients de travailler avec l’Agence américaine pour le commerce et le développement et avec d’autres sur ce sujet. »

Le représentant A. Bera a souligné la nécessité de s’attaquer aux problèmes de gouvernance de l’Afrique et l’importance de veiller à
ce que les revenus tirés des ressources du continent restent dans les pays africains.

Les discussions ont également porté sur le rôle de la diaspora africaine et sur la nécessité d’endiguer la fuite des cerveaux africains du continent.

Source: Lejecos.com

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Business

Les infrastructures de transport sont de plus en plus au cœur des politiques de développement des pays africains. Mais leurs coûts de réalisation,  en général élevés,...