Connect with us

Que recherchez-vous ?

Économie

Business Africa : L’évolution des prêts chinois à l’Afrique

Business Africa : L’évolution des prêts chinois à l’Afrique - investactu.com

Au cours des deux dernières décennies, la Chine s’est imposée comme le premier prêteur bilatéral de l’Afrique, contribuant à financer des projets d’infrastructure clés sur le continent.

Un nouveau rapport du centre GDP de l’université de Boston suggère toutefois que le crédit chinois à l’Afrique pourrait être en train de se tarir ou du moins de ralentir.

En 2020, Pékin a signé 11 nouveaux engagements de prêt d’une valeur de 1,9 milliard de dollars avec des gouvernements africains, soit une baisse de 77% par rapport aux volumes de 2019, lorsque les prêteurs chinois ont signé 32 accords de prêt d’une valeur de 8,2 milliards de dollars.

Les accords de prêt de 2020 ont été signés avec l’Ouganda, le Ghana, la RDC, le Mozambique, le Burkina Faso, Madagascar, le Rwanda, le Lesotho et Afreximbank, une organisation régionale.

La pandémie de Covid-19 semble avoir affecté le désir de la Chine de prêter, mais aussi l’appétit de l’Afrique pour la dette. On craint également que Pékin ne réduise la portée de l’initiative “Belt and Road”.

La base de données du centre estime que les financiers chinois ont déboursé 160 milliards de dollars de prêts à des emprunteurs africains entre 2000 et 2020, principalement pour financer des infrastructures. Les prêts ont atteint un pic en 2016 avant de chuter les années suivantes.

Lors de la réunion ministérielle du FOCAC qui s’est tenue au Sénégal en novembre dernier, la Chine a déclaré qu’elle était ouverte à l’exploration de moyens de financement alternatifs tels que les partenariats public-privé (PPP) et l’expansion des investissements directs étrangers (IDE).

Les IDE chinois ont en effet augmenté en 2020. Mais pour les pays africains avides d’infrastructures, il n’y a pas d’alternative aux prêts bon marché et concessionnels accordés par Pékin.

Oyintarelado Moses, du centre PIB de l’université de Boston, rejoint l’émission avec une analyse de l’évolution des prêts chinois.

L’Afrique de l’Ouest lutte contre les chalutiers étrangers sans licence
Des chalutiers non réglementés profitent des eaux côtières ouest-africaines mal surveillées pour pêcher et polluer.

Cette pratique coûte aux pays plus de 2 milliards de dollars par an.

Les États tentent désormais de s’inspirer du Maroc, qui a réussi à débarrasser ses eaux des bateaux de pêche non réglementés.

La croissance de l’argent mobile est la plus rapide en Afrique
La valeur des transactions d’argent mobile en Afrique a augmenté de 39%, passant de 495 milliards de dollars en 2020 à 701 milliards de dollars en 2021.

Selon le rapport de la GSMA sur l’état du secteur de l’argent mobile, l’Afrique représente désormais 70% de la valeur mondiale de l’argent mobile, qui s’élève à 1 000 milliards de dollars.

Mais elle prévient que les nouveaux régimes fiscaux sur le service dans des pays comme l’Ouganda, le Cameroun et la Côte d’Ivoire pourraient nuire à sa rentabilité et à sa capacité à approfondir l’inclusion financière.

Source: Businessnewsafrica

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Mines et Hydrocarbures

Lors de la conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2022 qui s’est tenue à Dakar début septembre, les ministres africains des Hydrocarbures présents pour...

High-Tech

Au total, dix-huit économies africaines ont progressé dans l’indice mondial de l’innovation. L’Île Maurice, qui gagne 7 rangs par rapport à 2021, demeure le...