Connect with us

Que recherchez-vous ?

Business

Accès à l’électricité, connectivité des zones agricoles, éducation, cohésion sociale : le Sénégal et la banque mondiale signe des accords de plus de 272 milliards de FCfa

Accès à l’électricité, connectivité des zones agricoles, éducation, cohésion sociale : le Sénégal et la banque mondiale signe des accords de plus de 272 milliards de FCfa - investactu.com

L’État et la Banque mondiale ont signé, hier, à Dakar, quatre accords de financement portant sur 495 millions de dollars, soit plus de 272 milliards de FCfa. Ces fonds serviront à améliorer les performances du système éducatif, à l’accès à l’électricité, à la connectivité dans les zones de production agricole du nord et du centre et au développement économique de la Casamance.

Le Ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, et le Directeur des Opérations de la Banque mondiale, Nathan Belete, ont signé, hier, à Dakar, quatre accords de financement d’un montant global de 495 millions de dollars, environ 272,250 milliards de FCfa. Une opération qui, selon le Ministre, marque un nouveau jalon dans le partenariat « fécond » qui lie l’État du Sénégal à la Banque mondiale.

Le premier accord, d’un montant de 150 millions de dollars, soit 82,5 milliards de FCfa, explique Abdoulaye Daouda Diallo, vise à accroitre l’accès aux services d’électricité pour les ménages, les entreprises et les installations publiques essentielles au Sénégal. Le deuxième accord vise à améliorer la connectivité des principales zones agricoles du centre, notamment le bassin arachidier, et du nord de notre pays, précise-t-il.

Son objectif est d’améliorer la sécurité et la résilience de la connectivité routière dans certaines zones agricoles du Sénégal. Il porte sur un montant de 200 millions de da dollars, soit environ 110 milliards de FCfa. Le troisième accord est relatif à un projet d’amélioration de la  performance du système éducatif, pour un coût de 100 millions de dollars, soit près de 55 milliards de FCfa. D’un montant de 45 millions de dollars équivalant à près de 24,750 milliards de FCfa, le quatrième projet concerne le renforcement de la cohésion sociale et de la résilience des communautés en Casamance.

Plus de 600 000 apprenants vont bénéficier du Papse

Pour le Directeur des Operations de la Banque mondiale, Nathan Belete, ces projets sont le signe d’une volonté de répondre aux préoccupations de la population sénégalaise. Le Projet d’appui pour la performance du système éducatif (Papse) a pour objectif d’améliorer la qualité, l’équité et l’accès dans le secteur de l’éducation. Mieux, il se veut transformateur, avec des innovations comme le développement d’une approche d’apprentissage hybride, ou Open School « pour permettre aux enfants et aux jeunes qui ont quitté le système éducatif de commencer et/ou de terminer leur formation grâce à un mélange d’enseignement virtuel et en présentiel ».

À terme, 600 000 enfants vont en bénéficier directement. Mais, assure-t-il, « ce nombre sera encore plus élevé après la clôture du projet grâce à des approches durables d’apprentissage à distance, de lycées d’excellence en sciences et en mathématiques et de formation initiale des enseignants ». Le Directeur  des Opérations de la Banque mondiale renseigne également que 750 000 personnes vont avoir un accès plus facile aux services et infrastructures locaux résilients au climat grâce à des systèmes de gouvernance locale inclusifs que veut contribuer à faire émerger le projet de développement économique de la Casamance.

Source: LE SOLEIL

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Business

Les infrastructures de transport sont de plus en plus au cœur des politiques de développement des pays africains. Mais leurs coûts de réalisation,  en général élevés,...