Connect with us

Que recherchez-vous ?

Business

Toutes les dettes épongées avant la fin de maturité : Le Sénégal souverain de son aéroport international Blaise Diagne

Toutes les dettes épongées avant la fin de maturité : Le Sénégal souverain de son aéroport international Blaise Diagne - investactu.com

S’il y a des faits marquants pour le magistère de Doudou Ka, depuis décembre 2021 à la tête de l’Aibd Sa, le fait d’éponger toutes les dettes avant la fin de leur maturité en 2029, n’en est pas des moindres. Cette prouesse de Doudou KA place désormais AIBD SA en plein envol pour faire du Sénégal un hub aérien en 2035.

En effet, la société Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) Sa est, depuis le mois de juillet, propriétaire de son principal aéroport (aéroport Blaise Diagne) « pour avoir soldé l’ensemble des dettes estimées à plus de 600 millions d’euros contractées auprès des partenaires financiers en 2011 ».

« Je suis heureux de vous annoncer aujourd’hui (hier Ndlr) que nous avons pu mobiliser les premiers financements nécessaires presque 216 milliards de francs Cfa sur les 500 milliards indiqués il y a une année pour la mise en œuvre de la stratégie », s’est réjoui Doudou Ka qui pour rappel est un des grands artisans de la Redevance de Développement des Infrastructures Aéroportuaires (RDIA). Qui précise dans la foulée que ces 216 milliards de francs Cfa ont permis de « solder entièrement l’encours de la dette de 400 milliards de francs Cfa contractée en 2011 et qui avait permis la construction de l’actuel aéroport qui n’appartenait pas au Sénégal ».

Après une année de gestion à l’Aibd Sa, Doudou Ka , homme de réseaux et de projets  qui s’était lancé hier, après le visionnage d’un film de 26 minutes sur ses réalisations, dans un exercice de présentation de bilan annuel : « Nous avons pu négocier avec l’ensemble des partenaires pour éponger cette dette qui devait être remboursée jusqu’en 2029. »

Ce remboursement sans frais a non seulement permis, selon lui, de faire une économie de plusieurs milliards de francs Cfa pour l’aéroport mais aussi donner la possibilité de pouvoir financer d’autres projets structurants tels que le Centre de maintenance, l’Académie internationale des métiers de l’aviation civile.

L’académie des métiers de l’aviation sort de terre

Pour cette académie, Doudou Ka indique que la piste de 1800 mètres de béton armé (une première) est déjà réalisée avec les bâtiments en cours construction qui seront livrés en janvier 2023. Egalement, il a souligné que 17 avions et hélicoptères qui permettront aux étudiants de ne sortir de Thiès jusqu’à la licence sont déjà commandés et seront « certainement livrés » le mois d’octobre prochain.

Pour rappel, la fusion entre l’Agence des aéroports du Sénégal (Ads) et l’Aéroport international Blaise Diagne a été actée le 1er juillet 2021 et consacre ainsi à Aibd Sa un héritage de 13 aéroports régionaux dont elle a en charge l’exploitation, la maintenance, le développement entre autres avec la mise en œuvre, également, du projet hub aérien à travers quatre piliers.

Parmi les quatre piliers sur lesquels compte s’appuyer Aibd Sa, pour ne pas dire le Sénégal, afin d’atteindre ses objectifs fixés dans le cadre du projet de hub aérien 2035, figure la « génération de trafic » avec notamment le renforcement de la sécurité et de la sûreté de l’aéroport, la création d’un centre de maintenance aéronautique qui sera la référence en Afrique de l’Ouest et va concurrencer les meilleurs centres du Maroc et de l’Afrique du Sud, le développement d’une activité de conseil pour le suivi et le contrôle des grands projets aéroportuaires à l’étranger et la création d’un centre d’expertise médicale pour le personnel aéronautique.

Un autre pilier concerne « l’expérience client » pour laquelle l’Aibd s’engage avec l’extension de l’aérogare passagers, le développement d’un deuxième hangar fret et le développement d’infrastructures héliportuaires. Il est prévu un Traffic voyager de 10 millions de passagers en 2035 contre 2,6 millions de passagers aujourd’hui.

Le troisième pilier intitulé « accès et connectivité » ambitionne la gestion, la rénovation et le développement des aéroports régionaux à l’instar de celui de Saint-Louis inauguré récemment par le président Macky Sall. Ce pilier concerne également la mise en place d’équipements modernes et digitaux, la création d’une marketplace (hub Connect), la mise en place d’un réseau de navettes pour l’ensemble des employés de l’aéroport et la sécurisation du périmètre foncier.

Tous les aéroports qui ont pu résister et rester rentables durant la Covid-19 étaient, d’après M. Ka, ceux qui avaient développé des revenus extra-aéroportuaires assez importants atteignant pour certains entre 45% et 55%.

Le Sénégal quant à lui, « est à 04% de revenus extra-aéroportuaires ». Ce qui constitue pour Doudou Ka et ses équipes un suffisant prétexte pour « entamer » un processus de diversification des revenus par le développement d’autres activités extra-aéroportuaires que ce soit dans l’immobilier ou dans d’autres domaines.

Le quatrième pilier « diversification et rayonnement Aibd » verra le développement de l’activité hôtelière et industrielle de l’aéroville, l’implantation d’une centrale solaire de 10 Mw, extension de la capacité de stockage jet et la création d’une académie internationale des métiers de l’aviation civile.

Développement des aéroports régionaux

Le projet hub aérien du Sénégal vise également le développement des aéroports régionaux. En ce sens, le Directeur général de l’Aibd Sa est revenu sur l’aéroport de Saint-Louis dont les travaux ont été réceptionné par le président de République.

L’aéroport de Matam aussi, il a souligné que « les dates sont données » et à Ourossogui, Doudou Ka  informe que la piste est terminée et que l’aérogare sera démarrée en janvier.

Pour Kolda, les travaux de l’aéroport ont démarré pour durer 12 mois, renseigne M. Ka qui ajoute que pour l’aéroport de Zinguichor les travaux ont démarré ainsi que celui de Cap Skiring dont les travaux sont un peu contraints par les activités des hôteliers qui ont sollicité de « jamais fermer l’aéroport en saison touristique ». Pour ce dernier, la piste sera rallongée cette année de 500 mètres et suivront, après la saison touristique, l’élargissement et la construction d’un nouvel aérogare.

Concernant l’aéroport de Linguère, M. Ka informe, a l’instar des autres que les travaux ont démarré et que la piste de 2500 mètres en béton armé (une première aussi). Cet aéroport sera d’après Doudou Ka le premier aéroport militaire du pays et pourra accueillir tous les types d’avions militaires qui existeront au Sénégal. Cette infrastructure confiée à Aibd Sa et l’armée de l’air qui est, pour beaucoup de ces projets, maître d’ouvrage déléguée, consacre une position géostratégique pour le pays.
Source: LeJecos

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Mines et Hydrocarbures

Lors de la conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2022 qui s’est tenue à Dakar début septembre, les ministres africains des Hydrocarbures présents pour...

High-Tech

Au total, dix-huit économies africaines ont progressé dans l’indice mondial de l’innovation. L’Île Maurice, qui gagne 7 rangs par rapport à 2021, demeure le...