Connect with us

Que recherchez-vous ?

Commerce et Distribution

Ramadan: Les bonnes affaires du e-commerce

Ramadan: Les bonnes affaires du e-commerce - investactu.com

La ruée vers les produits alimentaires en cette période de Ramadan fait l’affaire des acteurs du e-commerce. Entre nouvelles offres et diversité des produits, ils se frottent les mains.

Période de spiritualité, Ramadan rime aussi avec dépenses à outrance surtout dans l’agroalimentaire. Une bonne affaire flairée par les acteurs du e-commerce. Au Sénégal, la livraison gratuite est effective depuis le mois de décembre à Dakar. Une rude concurrence s’est installée dans le secteur avec des offres les plus attrayantes les unes que les autres. Certains vont même jusqu’à rendre gratuite la livraison.

Ernesto Hann, Directeur Marketing à Jumia Sénégal, explique que cette stratégie consiste à gagner plus sur la quantité des produits achetés qui couvrent largement les frais de livraison. « Les délais de livraison sont rapides (24h maximum) et le choix de ces produits se fait en respectant des critères de qualité stricts. Ainsi, en visitant l’application, tous les produits éligibles sont tagués « Livraison gratuite » pour faciliter sa reconnaissance dans le site et l’application par les clients », détaille-t-il.

Une offre qui cadre bien avec les besoins des consommateurs. Selon ce responsable de rayon dans une grande chaine de distribution, les commandes sont passées du simple au triple. « Que cela les ravitaillements classiques, les gens achètent énormément », dit-il.

Même son de cloche pour M. Hann. D’après ce dernier, le programme est très bien accueilli par les clients. « Cette ruée vers ce type d’achat nous a poussé à augmenter les produits disponibles à la livraison », indique-t-il.

Les consommateurs  soulagés

Du côté des consommateurs, certains expliquent cette ruée vers les sites de e-commerce par leur volonté de ne pas perdre trop de temps. Saly Soumaré est déléguée médicale. Comme elle descend à 16 heures, elle ne se voit pas perdre du temps dans les longues files d’attente ; elle a trouvé la parade. « Depuis le début, je passe mes commandes en début de semaine. Et selon mes besoins, je passe de petites commandes çà et là. Même si je paye 2000 FCfa pour la livraison, cela vaut le coup », déclare Saly.

Même constat avec Ndaw. Selon cet enseignant, en quelques clics, on peut avoir tous les produits disponibles au supermarché et à la boutique du quartier, permettant ainsi au consommateur de gagner du temps sans se soucier de la fermeture des portes du magasin et de recevoir sa commande parfois gratuitement et dans les délais.

Livreur de profession, Mamoudou Dior a vu ses recettes journalières doublées depuis qu’il a été en contact avec un magasin de produits alimentaires. C’est simple, dit-il, le matin, il se positionne à l’entrée du magasin.

Les commandes sont gérées à l’intérieur. « Dès qu’ils ont fini de faire le point, ils m’appellent. J’ai une idée claire des colis à déposer », dit-il tout en sourire. Une journée, il peut faire jusqu’à 15000FCfa de bénéfices.  Selon lui, les nouvelles habitudes  d’achat ont révolutionné le secteur du commerce. C’est pourquoi Mamadou estime même le secteur informel doit se réajuster.

Source: Le Soleil

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Économie

 Avec un taux d’inflation à 11% en juillet, le Sénégal est l’un des pays les plus touchés par la cherté de la vie, au...