Connect with us

Que recherchez-vous ?

Finances - Marchés

Financement de la saison sèche chaude: 7,5 milliards de FCfa pour les producteurs de la vallée

Financement de la saison sèche chaude: 7,5 milliards de FCfa pour les producteurs de la vallée - investactu.com

La campagne agricole 2021/2022 se déroule correctement dans le delta et la vallée du fleuve Sénégal où la saison sèche chaude rizicole se met en place progressivement. La Banque agricole (exCncas), a accordé un financement de près de 7,5 milliards de FCfa aux producteurs ; ce qui leur a permis d’emblaver 43 480 ha en riz Sur un objectif de 55 300 ha.

Ce samedi 23 avril 2022, dans les périmètres rizicoles de Mboundoum, dans la commune de Ross-Béthio, la nature verdoyante et luxuriante est en harmonie avec le tapis herbacé. Ici, les villageois sont très accueillants et présentent une mine joviale mais ravinée par la fatigue et burinée par les intempéries.

C’est le cas de Vieux Biram Gaye, 42 ans. Ce riziculteur rompu à la tâche invite ses collègues paysans à redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar). « Il suffit juste de respecter le calendrier cultural, les itinéraires techniques, les consignes de la Saed, de la Lba (La Banque agricole), des chercheurs de l’Isra et d’AfricaRice pour relever, chaque année, les défis de la double culture », explique-t-il.

La dame Rokhaya Daba Sarr qui exploite, à côté de son champ, une grande superficie rizicole exhorte les producteurs à éviter de détourner les crédits de campagne à d’autres fins. « La terre ne peut pas nous restituer ce qu’on n’a pas semé », dit-elle, estimant qu’avec tous les efforts fournis par l’État et ses démembrements, la balle est maintenant dans le camp des producteurs.

La saison sèche chaude rizicole a démarré dans le delta et la vallée du fleuve Sénégal. Selon le Directeur régional du développement rural (Drdr), Hamadou Baldé, les objectifs d’emblavures pour la région de Saint-Louis sont estimés à 55 650 hectares, dont 55 300 ha réservés à la riziculture, soit 99,3 %. À la date du 22 avril 2022, 23 580 tonnes, toutes formules confondues, ont été mises en place. M. Baldé précise que les parcelles de riz sont en phase de développement végétatif, entre les stades levé, tallage et montaison. Les mises en valeur se poursuivent, de même que les épandages d’engrais.

Pour cette présente campagne, La Banque agricole a débloqué un financement de près de 7,5 milliards de FCfa. Cela a permis d’accompagner 657 organisations paysannes de la vallée. « Plus de 5000 femmes ont eu une part non négligeable, avec plus d’un milliard de FCfa.

Lba collabore aussi avec Africa-Rice pour l’insertion de 100 jeunes dans le cadre du programme « Xëyu Ndaw Ñi », renseigne Massaër Diop, responsable régional de La Banque agricole à Saint-Louis.

Bonne mise en œuvre du Pnar

De son côté, le Directeur général de la Saed, Aboubacry Sow, se réjouit des mesures fortes prises par le Chef de l’État pour une bonne mise en œuvre du Pnar. À son avis, la récente décision du Président Macky Sall d’allouer une subvention de 32 FCfa sur le kilogramme du paddy a permis de rétablir «une relation de confiance entre les producteurs et les transformateurs ».

Pour ce qui est des autres spéculations, les prévisions de mise en valeur de la saison sèche froide 2021/2022 au niveau de la région de Saint-Louis portent sur 23 939 ha et restent dominées par l’oignon, la tomate industrielle, le maïs et la pomme de terre. À la date du 12 avril dernier, indique le Drdr de Saint-Louis, les réalisations sont de 21 629 ha, soit 90,3 % des objectifs de mise en valeur, dont 16 156 ha pour Dagana et 5473 ha pour Podor.

Les parcelles d’oignon sont en cours de récolte et tirent vers la fin. Les évacuations vers les points de vente locaux se poursuivent. Les premières variétés de légumes repiqués (choupommé, Africa Kross, KK Kross, navet, piment, aubergine, jaxatu », concombre, gombo), sont à des stades échelonnés entre fructification, maturation, récolte et commercialisation.

La campagne de commercialisation a été lancée le 9 mars 2022, marquant ainsi la fixation du prix de l’oignon à 200 FCfa le kg à Podor et à 250 FCfa à Dagana. Il est ainsi demandé de vendre par kilogramme et non par sac. Le Sous-préfet et l’Ipos (Interprofession oignon Sénégal) sont chargés de veiller à l’application stricte des mesures. Par ailleurs, le démarrage des évacuations est effectif pour l’oignon dans la zone de Richard Toll et de Dagana ainsi que la mise en place des lettres de voiture pour les commerçants.

Toutefois, la filière est confrontée à un certain nombre de contraintes. Il s’agit essentiellement de l’insuffisance d’engrais et de certains produits phytosanitaires, du manque de visibilité et de maitrise des programmes du secteur horticole dans le département de Dagana, ou encore de la vétusté des aménagements dans certains périmètres.

Source : Le Soleil

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Économie

 Avec un taux d’inflation à 11% en juillet, le Sénégal est l’un des pays les plus touchés par la cherté de la vie, au...