Connect with us

Que recherchez-vous ?

Agro-alimentaire

Aménagements dans la vallée du fleuve, dans le bassin arachidier : Pariis des grandes ambitions pour l’irrigation

Aménagements dans la vallée du fleuve, dans le bassin arachidier : Pariis des grandes ambitions pour l’irrigation - investactu.com

Le Projet d’appui régional à l’initiative de l’irrigation au Sahel (Pariis) se veut une réponse concrète à la question de l’irrigation dans les six pays composant le Comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss) afin de booster l’agriculture. Dans le cadre de ses activités au Sénégal, il est prévu de nombreuses réalisations dont l’aménagement de 1000 hectares dans le bassin arachidier, l’aménagement de périmètres maraîchers. «Au Sénégal, nous sommes présents au niveau de la vallée du fleuve Sénégal où nous aménageons des périmètres irrigués villageois en relation avec la Saed. Dans le bassin arachidier, nous avons des fermes qui vont démarrer avec l’Anida et nous prévoyons d’aménager 1000 hectares avec la Direction des bassins de rétention et des lacs artificiels», a indiqué mercredi, Aly Sané Niang, Coordonnateur national du Pariis. «Au Sud aussi, nous avons une importante activité qui consiste à réaliser le barrage de Diop Kounda et aménager environ 600 hectares autour», a poursuivi M. Niang. «Nous ne pouvons atteindre nos objectifs de production qu’à travers l’irrigation, parce que la courte saison des pluies de trois mois ne permet pas d’avoir un niveau de production pour atteindre la sécurité alimentaire», a argumenté le coordonnateur pays, s’exprimant en marge d’un panel organisé dans le cadre du Forum mondial de l’eau.
Les échanges entre les acteurs ont tourné autour du thème : «Irrigation pour le Sahel : les acteurs s’engagent.» «De ce que nous avons entendu avec les différentes inventions, il y a les différents acteurs, que ce soit les bénéficiaires qui sont représentés par le réseau ouest-africain des organisations paysannes, que ce soit les partenaires techniques et financiers, tous ont reconnu la pertinence de ce projet et se sont engagés à beaucoup plus de financement pour la mise à l’échelle des solutions proposées», a relevé Frédéric Dabiré, Coordonnateur régional du Pariis.
La mise en œuvre du projet a été facilitée par un appui financier de la Banque mondiale à hauteur de 170 millions de dollars (101 milliards de francs Cfa), chaque pays se retrouvant avec une allocation de 25 millions de dollars (14,9 milliards de francs Cfa). «Récemment avec les résultats probants auxquels nous sommes parvenus à mi-parcours de mise en œuvre, la coopération espagnole s’est intéressée au projet et a apporté un financement additionnel à hauteur de 40 millions d’euros», a noté par ailleurs, M. Dabire, indiquant qu’un total de 1700 sous projets sont en cours d’instruction dans les six pays. «Nous avons un portefeuille de plus de 20 mille hectares de superficie qui sont en cours de mise en œuvre à travers les six pays d’intervention du Pariis. Nous espérons qu’à terme, nous atteindrons l’objectif de 26 mille hectares que nous devons aménager», a-t-il souhaité.

Source: Lequotidien

Rédiger un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Événements à venir

À lire aussi

Business

Les infrastructures de transport sont de plus en plus au cœur des politiques de développement des pays africains. Mais leurs coûts de réalisation,  en général élevés,...